The Trend is your Friend (La tendance est votre amie)

Article par Adrien Picco, investisseur adepte du Trendfollowing.

Gagner sur les marchés financiers est difficile, et essayer d’avoir raison contre l’avis des marchés l’est encore plus.

Personne ne peut prévoir la direction d’une tendance, mais il est possible d’accompagner son mouvement de fond.

Le suivi de tendance, trading directionnel ou trendfollowing, est une méthodologie de trading qui cherche à capturer les tendances sur tous les marchés, en utilisant une gestion des risques appropriée.

C’est une méthode relativement simple à comprendre et efficace si appliquée avec rigueur et constance. L’idée du suivi de tendance est tout simplement… de surfer sur la tendance, de profiter de la force des vagues principales des cycles, de travailler avec la force et la majorité des opérateurs du marché.

Le trendfollowing est une stratégie d’investissement, au même titre que le scalping, le day trading et le swing trading. Son objectif est d’accompagner une tendance, haussière ou baissière, aussi longtemps que possible.

Contrairement aux autres approches, aucun objectif temporel ou financier n’est déterminé, la position étant conservée aussi longtemps que les critères de suivi de tendance restent valides. Cette forme d’investissement est applicable à tous les actifs financiers, que ce soit les actions, indices, obligations, matières premières ou devises.

Le suivi de tendance fonctionne pour une raison simple : les marchés sont guidés par les émotions, la cupidité et la peur. Lorsqu’une émotion domine, il y aura une tendance, et les suiveurs de tendance peuvent profiter de ce phénomène et des mouvements associés.

Ce système a notamment rendu populaire par le groupe des « tortues », les Turtle traders, et leur succès phénoménal sur les marchés. Dans les années 1980, les traders Richard Dennis et William Eckhardt ont constitué une équipe d’une dizaine d’individus qui n’étaient pas issus du monde de la finance. Le duo les a formés à appliquer une méthode précise comprenant tout une série de critères quant à la sélection des actifs, à la taille de la position et au timing d’intervention (entrée et sortie). Leur système préconisait des règles pour se positionner sur rupture d’un plus haut ou plus bas de 20 jours et d’accompagner le mouvement en renforçant la position au fur et à mesure de son évolution en adaptant leur niveau de stop de protection afin de clôturer la position une fois celui-ci atteint.

Une autre stratégie de trendfollowing célèbre est celle de Stan Weinstein, gérant américain auteur du livre ‘Secrets pour gagner en bourse à la hausse et à la baisse‘, qui vise à détecter et exploiter les tendances majeures. Pour cela, il distingue quatre phases qui permettent de se positionner dans un bull market (marché haussier) comme dans un bear market (marché baissier), tout en se tenant à l’écart en période d’indécision (marché de consolidation), qui est moins favorable pour le trendfollowing.

Le système du trendfollowing est bâti en se fondant sur des critères récurrents qui annoncent l’émergence d’une tendance. Il s’agit de prendre à la lettre l’adage boursier recommandant de « couper ses pertes et laisser courir ses gains ».

L’une des règles les plus importantes est de savoir quand il faut agir, et lorsque il est préférable de rester passif, le célèbre investisseur Jesse Livermore disait à ce sujet : « Vous pouvez battre une course de chevaux, mais vous ne pouvez pas battre le sport hippique. »  En trendfollowing il n’est pas forcément judicieux d’être investi sur le marché tout le temps. Il faut être patient et n’entrer en position que si la tendance est favorable.

La plupart des trendfollowers sont peu connus pour une raison simple, suivre la tendance est ennuyeux, peu excitant et moins gratifiant car plutôt que de chercher à avoir raison, nous acceptons de ne pas savoir et laissons la tendance nous guider. En trend-following nous ne cherchons pas à entrer au plus bas pour sortir au plus haut, nous acceptons les consolidations et ne cherchons pas à prédire la direction du cours des actifs.

Tout trader ou investisseur peut avoir un intérêt à identifier les tendances des actifs sur lesquels il investit, pour savoir en tirer profit et savoir quand le vent est dans son dos plutôt que de face. De nombreux traders et investisseurs admettent que leurs meilleures opérations viennent des positions tenues le plus longtemps, tandis que les échecs viennent souvent des contreperformances de court terme.

La tendance de fond nous donne beaucoup d’informations et il est possible d’avoir une première vision du marché concernant un actif d’un simple regard.

Voici donc quelques règles simples et applicables pour tous les profils pour vous permettre d’investir ou de trader dans le sens de la tendance de fond et pour comprendre pourquoi « The Trend is your Friend » (La tendance est votre amie).

 Règle 1 : Savoir identifier la tendance

Le principe du trendfollowing est d’identifier une tendance pour rentrer sur celle-ci jusqu’à son retournement. C’est donc le premier élément à prendre en compte. Un actif ne peut faire que deux choses :

  • être en tendance (haussière ou baissière),
  • ou être en consolidation (neutre).

La théorie de Dow nous montre par exemple qu’une succession de sommets de plus en plus hauts doublée d’une succession de creux de plus en plus hauts caractérise une tendance haussière.

A contrario, une succession de sommets de plus en plus bas doublée d’une succession de creux de plus en plus bas caractérise une tendance baissière. Trés important enfin : une tendance peut se prolonger X fois, mais ne se retournera qu’une fois.

phases-types de tendance selon la loi de Dow

Règle 2 : L’évolution du prix dicte la tendance

Pour appréhender le suivi de tendances, il est nécessaire de comprendre l’importance du prix. Les suiveurs de tendance utilisent l’analyse technique pour identifier les tendances et déterminer quand entrer sur le marché. Ils utilisent également le prix pour formuler leur stratégie de sortie.

Le principe clé de l’analyse des tendances et le mantra des suiveurs de tendance est que le prix peut dire aux investisseurs tout ce qu’il y a à savoir. Il leur indique comment elle a fonctionné dans le passé, où elle se trouve maintenant et ce à quoi son avenir pourrait ressembler. 

Le prix est ce qui doit retenir en premier votre attention. Un marché qui monte doit être acheté, tandis qu’un marché qui baisse doit être vendu.

Si vous considérez toutes les entrées et les informations qui existent sur les marchés financiers, vous vous rendrez compte qu’essayer de comprendre précisément ce qui fait bouger un marché d’une certaine manière est presque impossible. Par conséquent, se concentrer sur le prix apporte des avantages de simplification. Pour reprendre la formule du célèbre trend-follower Nicolas Darvas « La seule raison valable pour laquelle j’achète une action est que son prix augmente. Si cela se produit, aucune autre raison n’est requise. Si cela ne se produit pas, aucune autre raison ne vaut la peine d’être envisagée. »

Tendance haussière puis baissière sur AMG en unité hebdomadaire

Une tendance est caractérisée par la capacité d’un actif à réaliser de nouveaux plus hauts (tendance haussière) ou de nouveaux plus bas (tendance baissière). Bien qu’une tendance puisse s’essouffler et marquer une consolidation, sa reprise est statiquement plus probable que son retournement. Il est donc plus avantageux de trouver des points d’entrée sécurisé dans le sens de la tendance.

Pour résumer : notez bien cette phrase :

Les prix nous en disent plus sur la foule
que la foule ne nous en dit sur les prix.

Règle 3 : La tendance de long-terme dirige l’orchestre

Le suivi de tendance part du principe que les marchés sont en permanence en mouvement, et que des cycles se succèdent. Plus l’unité de temps est importante (hebdomadaire, mensuelle…), moins les variations aussi appelées « bruit du marché » ont de l’impact. Le bruit de marché est une façon de parler des variations des marchés sur de courtes périodes. Elles contiennent forcément plus d’informations que celles mesurées sur des périodes plus longues mais leur pertinence est moindre en trend-following.

Tendance baissière en journalier selon la loi de Dow sur ASM International à remettre dans le contexte d’une forte tendance haussière en hebdomadaire

Selon cette logique, plus l’unité de temps est longue, moins le bruit du marché polluera l’interprétation de la tendance.

Règle 4 : Une séance ne fait pas la tendance

Il est important de rappeler qu’aucun indicateur technique n’est infaillible. L’analyse d’un graphique en chandeliers sur une période passée permet au trendfollower d’en tirer des conclusions, mais une bougie (ou une séance) ne détermine pas une tendance.

De nombreux traders réagissent souvent trop fortement face à une bougie, c’est un signal intéressant à surveiller mais seule la tendance nous importe réellement.

Dans le cadre d’une tendance haussière, il y aura de nombreux signaux « baissiers », voire même des figures techniques baissières mais il faut toujours garder à l’esprit la tendance de fond.

Chercher à avoir raison coûte cher sur les marchés financiers, et plutôt que d’essayer de trouver LE signal de retournement de tendance pour avoir le point haut ou le point bas, il est plus aisé de constater le retournement plutôt que de chercher à l’anticiper.

La crainte de la guerre est encore pire que la guerre elle-même. ” Sénèque. Bien plus d’argent a été perdu à s’inquiéter d’un krach avant qu’il ne survienne réellement et il faut garder à l’esprit que les plus gros mouvements ont tendance à se produire dans des marchés déjà en tendance (voire en difficulté pour les marchés baissiers).

Le krach sur le CAC 40 de 2020 a eu lieu après retournement de la tendance haussière selon la loi de Dow

Ne combattez pas la tendance, surtout lorsque le marché commence tout juste à montrer des signes de retournement.

 Règle 5 : Avoir le vent dans le dos

Simple, mais pas simpliste, la stratégie du trend-following est donc de tenir sa position dans le sens de la tendance de fond, si celle-ci est haussière, nous ne prendrons que des positions à l’achat.

L’un des avantages du trend-following est le ratio gain/temps particulièrement favorable, en particulier pour ceux qui ne souhaitent pas passer trop de temps sur les marchés ou devant les écrans.

En trendfollowing nous adoptons une stratégie relativement simple. Acheter lorsque le marché est en hausse et vendre lorsqu’il est en baisse. Nous essayons d’entrer au début d’une tendance et de sortir lorsque la tendance est terminée sans se soucier de ce qui motive la tendance.

« Je ne crée pas de tendance. Je l’analyse et tente de l’exploiter ». Dick Clark

Cependant, comme toutes les tendances n’évoluent pas de la même manière, certaines seront de courte durée et se dissiperont tôt. C’est le même principe que pour les vagues en mer. Il y a de minuscules ondulations, des vagues plus grosses et des parfois des vagues titanesques. Les grosses vagues occasionnelles sont les endroits où nous maximisons les profits.

Forte tendance haussière en journalier selon la loi de Dow sur Beter Bed avec cassure des précédents plus hauts et opportunités d’achat

■ Règle 6 : On ne retient pas un couteau qui tombe

Le trendfollower se différencie du « contrarient » en admettant qu’un actif n’a jamais « suffisamment baissé ». « Croire » qu’une action ou autre actif est une opportunité exceptionnelle parce qu’elle a fortement baissé n’entre pas dans notre logique.

Personne ne peut prédire le futur, et le prix d’un actif est une donnée objective. Le marché a toujours raison, peu importe vos convictions, et tenter de se mettre face à la tendance peut vous coûter cher. Si la tendance d’un actif est baissière, le trendfollower pourra se positionner à la vente dudit actif (position short), ou s’abstiendra d’intervenir. 

De 18.4 à 10€ soit -45% en 5 mois sur Avenir Telecom, une bonne opportunité ?
De 18.4 à 0.16€ soit -96% en 2 ans sur Avenir Telecom, la tendance de fond baissière dirige le cours et le couteau continue de tomber

Vouloir jouer un rebond technique dans le cadre d’une tendance baissière est possible, mais si la tendance de fond reprend ses droits, il n’y a pas lieu de conserver un titre au-delà du rebond technique.

Pour reprendre la formule de Warren Buffett : « Si jamais vous vous retrouvez dans un bateau qui coule, l’énergie pour changer de bateau est plus productive que l’énergie pour colmater les trous. ».

Il y a toujours des tendances haussières dans un marché alors pourquoi s’acharner sur des configurations baissières ?

■ Règle 7 : « Sit on your ass and do nothing » (Asseyez-vous et ne faites rien)

Une des erreurs les plus fréquentes est de clôturer trop rapidement une position gagnante par peur de voir les gains accumulés se réduire, poussant à précipiter la sortie de position à la moindre consolidation de court ou moyen terme.

Les meilleures opérations viennent des positions favorables conservées le plus longtemps possible et jusqu’à retournement de la tendance.

Suivre la tendance c’est aussi admettre que l’on fait mieux en faisant moins. C’est un aveu volontaire de faiblesse et d’humilité face au marché.

En se laissant porter par la tendance de fond, les consolidations ne sont que des respirations du cours liées au bruit du marché qui n’invalident en rien la tendance en cours. Dans la mesure où on ne sait pas quand une grande tendance est susceptible de se développer, il faut accepter de nombreuses petites pertes. Le taux de réussite (nombre d’opérations gagnantes rapporté au nombre total d’opérations) sera donc faible, mais l’espérance par opération est quant à elle nettement positive.

Les consolidations de court et moyen terme ne remettent pas en cause la tendance haussière de long terme ! Ici sur Sartorius Sted Bio en unité hebdomadaire

■ Règle 8 : Se couper un doigt plutôt que le bras

De la même manière qu’il est nécessaire de laisser courir ses positions gagnantes le plus longtemps possible jusqu’à retournement de la tendance, il est nécessaire de couper rapidement ses pertes, si la tendance attendue n’est pas au rendez-vous.

Malheureusement, les traders débutants coupent souvent leurs gains trop rapidement et glissent leurs pertes sous un épais matelas d’oubli. Il faut garder à l’esprit que ce qui pénalise le plus un trader ce ne sont pas ses petites pertes, mais plutôt ses quelques grosses pertes.

Personne n’aime avoir tort, mais le marché est le meilleur transfert de richesse de l’impatient vers le patient.

Comme le dit si bien Jim Rogers,

« L’une des plus grandes erreurs que commettent la plupart des investisseurs est de croire qu’ils doivent toujours faire quelque chose.L’astuce pour investir est de ne pas perdre d’argent.
Les pertes tueront votre portefeuille.

Elles ruinent votre rendement composé ; et le rendement composé c’est la magie de l’investissement. »

Suivre les tendances consiste donc à remonter sur la planche et à attendre patiemment jusqu’à ce que la grosse vague arrive puis de la chevaucher jusqu’au rivage. Une grosse vague peut compenser toutes les autres vagues plus petites et manquées, c’est-à-dire toutes les petites pertes.

Dans la mesure où nous ne savons pas quand une grande tendance est susceptible de se développer, il faut accepter de nombreuses petites pertes.

La difficulté majeure est de savoir dans quelle phase du cycle de la tendance nous nous trouvons pour savoir sur quelle configuration investir ; il est plus aisé de le savoir après coup mais il est alors trop tard pour investir. Comme le dit Warren Buffett : « Dans le monde des affaires, le rétroviseur est toujours plus clair que le pare-brise ».

Le taux de réussite (nombre d’opérations gagnantes rapporté au nombre total d’opérations) sera donc faible, mais l’espérance par opération est quant à elle nettement positive.

■ Règle 9 : Acheter haut et revendre plus haut

Nous ne cherchons pas à acheter au plus bas et vendre au plus haut, mais plutôt à surfer la tendance.

On applique ainsi un ensemble de règles pour se positionner à un moment donné, en accompagnant ensuite la position avec une gestion de risque visant à conserver une partie des gains, mais en laissant également suffisamment de marge pour que l’actif puisse respirer. Le trader américain Ed Seykota illustre ainsi cette idée : « Vous ne pouvez pas gagner de l’argent si vous n’êtes pas prêt à en perdre. C’est comme si vous vouliez inspirer sans expirer« . Le trendfollower va jouer soit les cassures, (achat sur force) soit les retracements (achat sur repli tant que la tendance principale n’est pas invalidée), en essayant chaque fois de tenir sa position le plus longtemps possible, tant que la tendance ne montre pas de signes d’essoufflement.

En reprenant la même logique que pour la tendance baissière, nous ne cherchons pas à définir si la hausse est trop importante, ici Groupe LDLC +170% entre octobre 2019 et juin 2020…
… avant de poursuivre son fort cycle haussier sans consolidation importante

Nous voulons tous avoir raison, savoir déterminer les hauts et les bas du marché et acheter « à bon prix » mais suivre la tendance c’est admettre que nous n’avons pas d’objectif et que nous ne sortirons pas au point haut. Le marché nous sortira lorsque la tendance sera invalidée selon les critères de notre plan.

■ Règle 10 : Ne pas tomber amoureux d’un titre

Suivre la tendance c’est aussi accepter de faire une partie du chemin ensemble sans savoir à l’avance à quel moment nous allons nous séparer de l’actif. C’est une relation à contrat indéterminé avec une fin, puisse-t-elle arriver après plusieurs semaines, mois ou années.

Admettre que vous avez eu tort d’acheter une action est le fait le plus difficile à accepter en matière d’investissement. Chaque investisseur se sent mal lorsqu’il voit son portefeuille perdre de l’argent, ce qui la rend encore plus difficile à vendre. La raison pour laquelle la plupart des investisseurs échouent est due à leurs sentiments sur les actions qu’ils achètent et vendent. Ne laissez pas votre ego vous empêcher de gagner de l’argent ou, dans le cas d’une transaction perdante, d’arrêter l’hémorragie.

Se séparer d’une position gagnante intervient forcément à un moment donné, comme l’adage boursier le rappelle : « Les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel » et toute tendance a une fin. Il faut savoir à un moment donné prendre ses profits, ou couper complétement sa position si la tendance de fond se retourne et admettre de rester dans le sens de la tendance.

La tendance de fond n’est plus haussière sur Mcphy, l’une des actions stars de l’année 2020 qui est désormais neutre (tandis que la tendance de moyen-terme est baissière)

Pour conclure, nos meilleures séances de trading sont celles où nous ne tradons pas, pour laisser courir les positions sur des tendances haussières!

Notre travail en suivi de tendance consiste ainsi à passer au crible les données des prix pour trouver les tendances, agir sur elles et ne pas laisser les dernières actualités influencer nos opinions sur le marché.

Bien à vous,

Adrien

https://twitter.com/AdrienPicco3