Ce que je pense des cryptos.

Ce que je pense des cryptos.
Source de l'image

L'actif qui fait couler le plus d'encre.
Lettre n°4 — 2 Décembre 2022


Elles déchaînent les passions. Certains ne jurent que par elles. D’autres n'y toucheront jamais.

Je parle des cryptomonnaies. Cette nouvelle classe d'actif du XXIème siècle.

Loin de moi l’idée de te faire adorer ou détester les cryptos. Je suis investisseur, donc curieux, et lorsque je vois de la traction dans un secteur, je m’y intéresse.

Les cryptomonnaies sont nées il y a quelques années, et pèsent actuellement 850 milliards de dollars.

Janvier 2017 : 16 milliards
Janvier 2019 : 100 milliards
Janvier 2020 : 200 milliards
Janvier 2021 : 1 000 milliards
Décembre 2022 : 850 milliards
Janvier 2023 : ?

Entre 2020 et 2021, les cryptos ont profité du ruissellement des milliers de milliards de dollars injectés dans le système par les banques centrales ainsi que des chèques envoyés aux particuliers.

Rivés sur leurs écrans (faut bien s'occuper) pour cause de Covid, ces derniers ont activement participé à la hausse du 4ème trimestre 2020.

Si la capitalisation des cryptos devait figurer en Bourse, elle serait la 6ème plus importante au monde. C'est plus que Tesla, Visa ou Berkshire Hathaway.

Mais cela ne fait pas frémir notre Papy préféré, Monsieur Warren Buffet. En Février 2020, il dit même à CNBC :

"Les cryptomonnaies n'ont fondamentalement aucune valeur et elles ne produisent rien (...) ce que vous espérez, c'est que quelqu'un d'autre vienne vous payer plus d'argent pour elles plus tard, mais alors cette personne a le même problème. En termes de valeur : zéro."

Faut-il croire l'investisseur de légende de 92 ans ?

L'attention qu'on apporte aux cryptomonnaies est-elle justifiée ?

Son adoption traduit-elle un engouement momentané des foules, ou l'émergence de la monnaie de demain ?

Je te donne des clés de lecture, et m'accompagne des meilleurs sur le sujet : mes amis de The Big Whale avec une interview de Raphaël Bloch qui répond à mes questions.

Les grandes lignes (8 min de lecture)

👑 La Chute de l'Empire Crypto
1. FTX : le scandale de la décennie
2. Est-ce la fin des cryptos ?

🔑 Mes graphiques clés
1. Aussi rapide qu'internet
2. Le Bitcoin, pierre angulaire
3. -80% ? Même pas peur

Rappel : ajoute moi à tes favoris dans tes mails pour être sûr de recevoir les suivants.


Le meme à faire tourner

La communauté crypto toujours aussi fun malgré la chute.


👑 La Chute de l'Empire Crypto

En 2022, le retrait des liquidités des banques centrales a engendré un dégonflement des bulles spéculatives sur tous les marchés. On préfère dégonfler un ballon que l'exploser.

Il n'en fallait pas plus pour les médias. À cœur joie, ils ont commenté la chute des cryptos à coup de Unes chocs. Les détracteurs jubilent.

The Economist et Bloomberg en chefs de file

J'ai posé quelques questions à mes amis de The Big Whale pour comprendre ce qu'il se passait. C'est le média indispensable pour comprendre la révolution Web3.

Raphaël Bloch, Cofondateur et rédacteur en chef de The Big Whale, nous raconte.

FTX : le scandale de la décennie

10, 30, peut-être même 50 milliards de dollars.

Si on ne connaît pas encore l’ampleur des pertes, on sait déjà que la chute de FTX va faire énormément de dégâts. En moins de trois ans, Sam Bankman-Fried (SBF) a créé un véritable empire dans la crypto avec des millions de clients aux quatre coins de la planète. Et comme on le sait désormais, l’Américain de 30 ans était en réalité un Madoff 3.0 qui se servait de l’argent de FTX pour renflouer son fonds d’investissement, Alameda Research, s’offrir de somptueuses villas aux Bahamas, et surtout s’acheter les faveurs des cercles de pouvoir.

Car on ne peut pas comprendre l’ascension de “Big Sam” sans s’intéresser à l’espèce de bienveillance folle (aveuglement ?) dont il a bénéficié depuis 2019.

D’abord de la part des fonds d’investissements. Sequoia, SoftBank, Tiger Global… Tous, ou presque, ont investi dans l’entreprise en espérant faire grimper la valorisation de la société et gagner des milliards de dollars, sans évidemment regarder ce qu’il y avait sous le capot. Comme nous l’ont indiqué certains investisseurs, ces fonds ont une grande responsabilité dans la starification de FTX et ses conséquences : “Il n’y aurait pas eu WeWork ou Theranos, on aurait pu comprendre, mais là c’est impardonnable. Beaucoup de gens ont utilisé FTX parce qu'ils avaient le soutien des plus grands fonds de la planète.

FTX a aussi profité d’une énorme visibilité offerte par une partie de la presse, surtout crypto, qui bénéficiait de très gros sponsorings de la part de SBF (The Big Whale ne mange évidemment pas de ce pain là)...

Mais ce sont sans doute les politiques américains qui ont le plus “aidé” SBF et contribué à son institutionnalisation en le recevant régulièrement à Washington pour des auditions sur la régulation (oui, sur la régulation). Et on peut comprendre pourquoi. Rien que sur les dernières élections de mi-mandat, SBF avait, avec quelques autres responsables de FTX, donné 75 millions de dollars pour les deux camps (pas de jaloux).

Forcément, une telle générosité permet de ne pas être trop embêté…

Est-ce la fin des cryptos ?

La chute de FTX a évidemment un impact énorme sur le secteur crypto.

Il ne se passe pas un jour, ou presque, sans qu’un exchange ou un broker ne se retrouve en difficulté et soit contraint de suspendre ses activités. Depuis quelques jours, tous les yeux sont rivés sur la plateforme américaine de prêts cryptos Genesis, qui pourrait basculer et entraîner dans sa chute sa maison mère Digital Currency Group. On parle ici de l’une des plus grosses sociétés du secteur (plus de 10 milliards de dollars de bitcoins sous gestion).

Mais toute la crypto est-elle pour autant condamnée ? Loin de là !

FTX ne concerne qu’une partie du secteur, celle des intermédiaires financiers (plateformes, brokers). Comme nous l’avons constaté ces dernières semaines, les activités autour des NFT (non-fungibles tokens) ou de la finance décentralisée ne cessent de se développer avec des projets, notamment français (cocorico), comme Morpho. Les activités de conservation de cryptos ont aussi le vent en poupe. La licorne française Ledger ne s’est tout simplement jamais aussi bien portée.

Symbole de la tendance, les fonds d’investissements continuent de miser gros sur le secteur. Les volumes ont certes baissé, mais ils restent à des niveaux élevés, selon des chiffres de Crypto-Valley Venture Capture. Au troisième trimestre, les entreprises du secteur ont levé 3,6 milliards de dollars rien qu’aux Etats-Unis et en Europe, soit presque autant que sur le premier semestre de l’année.

🐋
The Big Whale, c'est plus qu'un animal : c'est le média pour décrypter le Web3.

🔑 Mes graphiques clés

Aussi rapide qu'internet

Personne ne peut démentir le bouleversement sociétal qu'a créé l'internet. Une révolution de la communication planétaire.

Son adoption massive a facilité cette révolution.

Et si je te disais que les cryptomonnaies connaissent la même croissance ?

La croissance des utilisateurs d'internet vs. des utilisateurs de cryptos

Cela force l'attention de tout investisseur raisonné. L’adoption est massive, comparable, historique — si l'on prend un point de départ à 1990 pour l'internet, et 2014 pour les cryptos.

Je peux facilement comprendre l'engouement de certains lorsqu'ils parlent de potentielle révolution monétaire.

Le Bitcoin, pierre angulaire

Là où tout a commencé.

3 janvier 2009 - Création des bitcoins.

La première monnaie électronique mondiale sur laquelle aucune autorité ne peut exercer son contrôle. Seul Satoshi Nakamoto dispose de la clé cryptographique pouvant les déplacer. Le premier envoi de bitcoins a quant à lui eu lieu le 12 janvier entre Satoshi Nakamoto et Hal Finney.

Presque 14 ans plus tard, voilà où en est le BTC :

Bitcoin en données hebdomadaires (janv. 2020 - nov. 2022). Source : ProRealTime

Après une ascension fulgurante, atteignant un sommet en novembre 2021 (+69 000$ le bitcoin), la cryptomonnaie reine a connu une chute terrible.

Moins 75%.

Elle est baissière, délaissée, tel un animal blessé.

Mais est-ce une première pour le ₿ ?

-80% ? Même pas peur

Les chutes historiques, ça le connaît.

Merci Laurent Pignot de ZoneBourse

Il avait perdu 93% entre juin et novembre 2011.

Sur les 10 dernières années, le bitcoin a connu 15 autres baisses majeures (de -29,6% à -86,9%).

C’est la 4ème fois que le Bitcoin perd près de 80%.

Pas de quoi affoler la cryptosphère. La communauté des férus de monnaies virtuelles a pris d'assaut le réseau social d'Elon Musk. On parle de plus d'un milliard de tweets sur la crypto depuis 2020.

Et si l'on s'avançait vers l'une des pires chutes du Bitcoin ?

On parle d'une monnaie toujours évaluée autour de 10 000$ l'unité.

⏱️
Là où les médias parlent de la fin des cryptos, un investisseur habitué des cycles y verra une opportunité historique d'achat.

💡 Conclusion

Tout comme sur le marché action, c’est pendant les crises qu’on fait les meilleures affaires. Je veux m'adresser à trois profils.

→ Si tu n'as pas encore de crypto, et que tu t'y intéresses.

Ne te presse pas. N'utilise pas de levier. Opte pour le DCA.

→ Si tu es investi à 100% dans la crypto.

Pense à te diversifier. Intéresse-toi au marché action. On y est bien.

→ Si tu ne toucheras jamais à la crypto.

Ne deviens pas un anti pour autant. Conserve ta curiosité d'investisseur.


Je te remercie, lecteur assidu. Pour te récompenser, je t'offre ma dernière interview réalisée par AuCoffre, disponible sur YouTube.


Réponds à ce mail avec ma question de la semaine

OUI ou NON : je détiens des cryptomonnaies.


Tu souhaites partager cette newsletter à un ami pour qu'il devienne un investisseur averti ?

Il peut rejoindre notre communauté de 22 037 investisseurs en cliquant sur le bouton ci-dessous !


Nicolas Chéron

Analyste et vulgarisateur boursier


C’est la partie “Soyons des adultes”.

Les informations, graphiques, chiffres, opinions ou commentaires mis à disposition par Nicolas Chéron s’adressent à des investisseurs disposant des connaissances et expériences nécessaires pour comprendre et apprécier les informations développées. Ces informations sont données à titre informatif et ne représentent en aucun cas une obligation d’investissement ni une offre ou sollicitation d’acquérir ou de vendre des produits ou services financiers. Elles ne constituent par ailleurs pas un conseil en investissement.

L’investisseur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans recours contre Nicolas Chéron, qui n’est pas responsable en cas d’erreur, d’omission, d’investissement inopportun ou d’évolution du marché défavorable aux opérations réalisées.

Le placement en Bourse est risqué. Vous pouvez subir des pertes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures, elles ne sont pas constantes dans le temps et ne constituent en aucun cas une garantie future de performance ou de capital. Les références à des classements et récompenses passés ne préjugent pas des classements ou des récompenses à venir.