Tu m'avais manqué

Tu m'avais manqué

FED, Positivisme, $, Saisonnalité et Sélection de la semaine.


Chère communauté,

Tu m’avais manqué ! Le mois n’a pas dû être évident pour tout le monde.
J’espère que ton portefeuille tient le choc.

Ma newsletter fait peau neuve. Au programme : des analyses macroéconomiques, de l’éducatif, des interviews de spécialistes, et bien d’autres surprises.

Fais-moi un retour dessus. Je lierai chaque commentaire avec attention.

Je veux être sûr que tu puisses lire mes futurs e-mails.
1. Déplace-moi vers ta boîte principale.
2. Ajoute-moi à tes favoris.

Les sujets du jour, en 7 min top chrono :
🔥 Jerome fait des étincelles
☘️ Du vert dans ce monde de rouge
💲 Le dollar, valeur refuge
💡 La sélection de la semaine

Mais d’abord, ton avis m’intéresse : je demande à chacun d’entre vous LE sujet qui vous tient le plus à cœur. Réponds à ce mail avec ton sujet favori, je m’occupe de faire une compilation et de couvrir les sujets phares.

Bonne lecture ! 😊


Jerome s'amuse...

...et ça fait des étincelles.

J. Powell, ou Monsieur FED. Une rock star de nos jours.

Jerome Powell est le président de la Réserve fédérale américaine (FED).

Institution qui a :
1. trop longtemps injecté des liquidités pour mieux les retirer.
2. trop longtemps pensé que l’inflation serait contenue.
3. trop longtemps attendu pour monter les taux d'intérêt afin de la contrer.

Tout ça pour un résultat que nous connaissons tous. Une correction d’une violence rare - la pire depuis les années 30, actions et obligations confondues.

Les bourses mondiales ont effacé près de 25 000 milliards de capitalisation depuis le début de l’année, dont plus de 10 000 ces dernières semaines. Un carnage.

Capitalisation de l’indice de la bourse mondiale : de 93 000 à 69 000 milliards.

Heureusement qu’un investisseur averti en vaut 3. Ce n’était pas évident pour moi de me répéter inlassablement : les risques baissiers étaient prépondérants cet été, alors que le CAC40 remontait vitesse grand V.

En août, je te présentais le scénario auquel je me préparais. Si vous me suiviez déjà à l’époque, vous avez pu alléger, nettoyer votre portefeuille, créer des liquidités. Se rendre capable d'acheter quand le vent souffle à nouveau derrière son dos.

Autre alerte à la mi-août, avec un CAC à 6600 points - point haut du mois.

Investisseurs, traders, twittos, toi, moi : on est tous dans le même bateau.

🐦
Une chose est sûre : on est bien sur mon Twitter.

Du vert dans ce monde de rouge...

...ou plutôt une pause dans la baisse.

J'ai trouvé un peu de positif à me mettre sous la dent, où du moins des signes avant-coureurs d’une éventuelle, possible, hypothétique, stabilisation… peut-être. Je me mouille la nuque avant d'écrire. Je ne parle pas contrepied haussier puissant, ou un rebond de 20% - mais bien d’une pause dans la baisse.

Les gérants interrogés par Bank of America sont à un niveau de défiance pire qu’en 2008. Le graphique est parlant.

% de gérants interrogés souhaitant prendre plus de risque qu’à la normale

Les investisseurs parient sur la chute. Ils ont ouvert des positions (contrats) à la baisse car ils ont peur. Situation typique d'un excès de pessimisme, qui peut engendrer une réaction.

Positionnement des opérateurs sur le SP500, ici très baissier.

Le nombre de contrats à la vente sur l’indice directeur SP500 a atteint un seuil qui coïncide avec des creux de marché inscrits ces 10 dernières années. Mais une différence notable avec le passé : ils s’inscrivaient dans un “bull market” (marché haussier) soutenu par les banques centrales et leurs liquidités.

Or là, ce n’est plus le cas.

☘️
Cet émoji peut être le seul vert que vous verrez dans votre rouge. C'est cadeau.

Le $, valeur refuge...

...et fauteur de troubles.

Bitcoin, or, indices américains, résultats des entreprises américaines. Quel est le point commun de la baisse de tous les actifs ces dernières semaines?

Ils souffrent tous de l’explosion du dollar américain.

C'est la valeur refuge par excellence. Même le Yen historiquement recherché en période de troubles s’est fait découper : le “king dollar” explose face à toutes les monnaies majeures, l’euro décline sous la parité, la livre britannique inscrit des plus bas de 30 ans. Une situation inédite...

Performance du $ face à un panier de devises de 1991 à 2022

Inédite ? Oui et non. Ci-dessus, vous pouvez voir que le dollar n’en est pas à son coup d’essai en termes d’appréciation rapide en temps de crise. Pour que la débandade s’arrête, il faudra qu’il arrête son ascension. Je vous invite donc à garder un œil attentif à ce dernier.

Le $ évolue en tendance haussière dans un canal haussier.

$ américain sur l’année écoulée, en échelle logarithmique.

Un vrai ping-pong entre les bornes hautes et basses. Les bulls (optimistes à la hausse) prient pour que la proximité de la borne haute engendre une réaction.

💲
La devise à suivre.

Saisonnalité...

...quand tu nous tiens.

Au mois d’août, j’expliquais que septembre est un des pires mois de l’année en termes de performance. Mais là, on décroche la palme.

Septembre 2022 dans les annales.

Lorsque l’on décompose la performance par jour depuis 1950, les séances du 20 au 27 septembre sont exécrables. Or, elles sont derrière nous !

Je lutte pour trouver de la bonne nouvelle, joue le jeu 🙃.

Quid d'octobre ?

Ryan Detrick du LPL Financial Research l'appelle le “bear market killer” (tueur de marché baissier). 6 fois sur 17 depuis 1946, le mois d’octobre a été le théâtre de la fin d’un marché baissier.

Loin de moi l’idée d’annoncer la fin de la baisse à long terme. Je ne m’y risquerai pas. La toile de fond macroéconomique actuelle ne donne pas envie de jouer à la madame Irma. Mais bon, je fais avec ce que j’ai, ne tirez pas sur le messager 🏃.

Et Jean-Michel DCA dans tout ça ?

Est-ce que Jean-Michel DCA - notre fidèle investisseur de long terme qui achète des ETFs ou actions tous les mois sans se poser de questions, sans ouvrir Twitter, et sans stresser - a tort de continuer ses achats ? Devrait-il arrêter la bourse parce que le marché s’inscrit dans une correction majeure ? PAS-DU-TOUT.

Le très long terme reste haussier. Là n’est pas la question.

SP500 en données mensuelles depuis 2011

Mais qu’il y ait stabilisation ou pas dans les semaines à venir, il reste de la marge pour atteindre des supports majeurs. Les niveaux pré-covid par exemple.

Un mouvement baissier ne se fait pas en ligne droite. Nous assisterons à des stabilisations, des rebonds, des espoirs de reprise... Et si cela devait baisser plus bas, ne serait-ce pas là l’opportunité d’acheter des dossiers de qualité à des prix plus attractifs ?

Une année à rebondissement

Début 2022, j’estimais que nous allions vivre une année erratique, parsemée de chutes violentes et de rebonds impressionnants. Nous sommes servis.

C'est la fin du monde, Nico ? Pas vraiment.

CAC40 en données journalières, le range (canal horizontal en orange) dont les cours sont en train de s’extraire par le bas.

Peut-être faut-il opter pour un canal baissier en bleu dont nous approchons de la borne basse. C’est la zone dans laquelle je vais surveiller d’éventuels signaux dans les semaines à venir. Une réintégration du range (orange) serait préférable. Nous verrons bien.

Patience, prudence, doigté : rien ne presse.

Concernant les vendeurs d’indices, bravo. Nombreux d’entre vous m’ont écrit des mails pour me demander s’il fallait prendre des bénéfices.

Je ne peux pas vous dire quoi faire. Mais abaisser les stops de protection pourrait être un bon moyen de profiter d’une éventuelle continuation de la baisse, et d’alléger uniquement en cas de coup de corne du "bull" 🐂.

"Maman, j'ai peur"

J’allais presque oublier, vous avez vu le fear & greed? Pour ceux qui ne connaissent pas encore cet indicateur, il mesure le sentiment de marché.

  • “extrême greed” (avidité extrême, ou euphorie), il convient d’être prudent sur les achats.
  • “extreme fear” (peur extrême), il convient de surveiller d’éventuels signaux de capitulation, rimant souvent avec creux de court terme.

Pour simplifier “Buy fear, sell greed” comme le souligne l’ami Warren (Buffet). Faites l’inverse de la masse, les moutons sont là pour se faire tondre, pas pour surperformer 🐑. Un vrai petit zoo, cette industrie.

⏱️
Patience, prudence, doigté : rien ne presse.

La sélection de la semaine

Je ne sais pas si la chute va encore durer quelques jours, semaines ou mois. Je nous invite à rechercher des titres de qualité, des actions qui surperforment, ne baissent pas, voire continuent de monter, à contre-courant. Quelques exemples.

PS : je ne dis pas (et ne dirai jamais d’ailleurs) qu’il faut les acheter maintenant. J’explique simplement qu’il est préférable de rechercher ce type de configuration si l’on souhaite se frotter au marché dans les conditions actuelles.

#1 : Bic fait cavalier seul en inscrivant de nouveaux plus hauts annuels.

#2 : SES Imagotag - souvent prise en exemple dans mes émissions comme valeur puissante - en trendfollowing, au-dessus de sa moyenne mobile à 200 périodes (ma préférée, en rose).

Au-dessus de MM200, le trendfollower (suiveur de tendance) profite des replis pour se placer à l’achat. Si elle casse, il prend ses cliques et claque son stop. C'est une invalidation.

#3 : Euroapi fait un sans-faute depuis son introduction en Bourse. Les résultats publiés récemment sont excellents. Elle intéresse des amis gérants et les analystes revoient régulièrement leurs copies à la hausse.

Si vous voulez en savoir plus sur les sociétés citées, le réflexe Zonebourse. Le site d’information le plus complet que je connaisse.


Ce sera tout pour cette fois.

Partage-moi ton ressenti sur ce nouveau format en répondant à ce mail.

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur ma façon d’investir, les classes d’actifs qui m’intéressent pour les années à venir et mes projets professionnels, découvrez ce podcast réalisé avec Gérald Faure le mois dernier.


Un investisseur averti t'a partagé cette newsletter, et tu souhaites t'abonner ?


Nicolas Chéron

Analyste et vulgarisateur boursier


C’est la partie “Soyons des adultes”.

Les informations, graphiques, chiffres, opinions ou commentaires mis à disposition par Nicolas Chéron s’adressent à des investisseurs disposant des connaissances et expériences nécessaires pour comprendre et apprécier les informations développées. Ces informations sont données à titre informatif et ne représentent en aucun cas une obligation d’investissement ni une offre ou sollicitation d’acquérir ou de vendre des produits ou services financiers. Elles ne constituent par ailleurs pas un conseil en investissement.

L’investisseur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans recours contre Nicolas Chéron, qui n’est pas responsable en cas d’erreur, d’omission, d’investissement inopportun ou d’évolution du marché défavorable aux opérations réalisées.

Le placement en Bourse est risqué. Vous pouvez subir des pertes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures, elles ne sont pas constantes dans le temps et ne constituent en aucun cas une garantie future de performance ou de capital. Les références à des classements et récompenses passés ne préjugent pas des classements ou des récompenses à venir.