🌊 Surfez les vagues des marchĂ©s

🌊 Surfez les vagues des marchĂ©s

Focus analyse technique.
Lettre n°29 — Mercredi 16 AoĂ»t


Cher lecteur, chĂšre lectrice,

Je te retrouve pour une nouvelle Ă©dition de ma lettre hebdomadaire pour parler de vagues.

Vous ĂȘtes sĂ»rement nombreux Ă  les affronter chaque jour sur la plage, mais ne croyez pas qu'elles vous sont rĂ©servĂ©es. Marc Dagher, Fondateur de DT Expert, spĂ©cialiste de l’analyse technique, s'en sert aussi pour lire, analyser et anticiper les Ă©volutions futures des cours des actions grĂące aux vagues d'Elliott.

Valentin te présentera les derniers chiffres du consommateur américain, moteur de l'économie aux Etats-Unis.

Si tu es intéressé par les turbos, j'ai tourné une émission qui t'est spécialement adressée. Outils, méthodologie, sélection et gestion des risques, tout y est.

Place ensuite à ma revue bi-mensuelle avec l'analyse de 51 sociétés.

🌊 En parlant de vagues, voici ce qu'elles engendrent, au souffleur, à Saint-Leu.

Les grandes lignes (12 min de lecture)

đŸŽ™ïž Les vagues d'Elliott

🔍 Le consommateur amĂ©ricain est-il toujours en pleine forme ?

đŸ“ș Comment trouver, utiliser et gĂ©rer des positions sur Turbos ?

đŸ“ș Les marchĂ©s en live Ă©pisode 12

Rappel : ajoute-moi Ă  tes contacts pour ne louper aucun mail.


🚀 2 nouveaux records...


✅ Vous ĂȘtes plus de 27 000 Ă  recevoir ma Newsletter...
🎯 En route vers les 30 000 !

✅ et 12 000 abonnĂ©s sur LinkedIn !

⏩ Un grand merci Ă  chacun d'entre vous 🙏


Le meme Ă  faire tourner


đŸŽ™ïž Les vagues d'Elliott

par Marc Dagher

Analyse
technique. Deux mots qui, cĂŽte Ă  cĂŽte, ne parlent qu’à certains initiĂ©s du monde de l’analyse boursiĂšre. Et pourtant, deux mots derriĂšre lesquels se cache un trĂ©sor pour celui qui sait les utiliser.

Qu'est-ce que l'analyse technique (AT) ?

En substance, c’est l’étude des graphiques boursiers dans une vision prospective.

On le sait tous, il y a, dans le vaste monde de la finance, de nombreuses mĂ©thodes d’apprĂ©hension des marchĂ©s, chacune ayant pour but d’essayer d’anticiper l’évolution des cours. L’AT en fait partie, puisqu’à partir de l’étude de l'historique des cours de bourse, on essaie d'anticiper leur future trajectoire. Comme toute stratĂ©gie, elle a ses fervents et ses dĂ©tracteurs. Bien sĂ»r, cette approche a des failles, mais on ne doit pas oublier qu’il n’y a aucune panacĂ©e boursiĂšre et qu'il n'existe pas de mĂ©thode parfaite.

🔍
Il faut donc voir l'analyse technique comme un moyen de mettre les probabilités en votre faveur, et de façon trÚs efficace, croyez-moi.

Mais d'oĂč vient l'analyse technique ?

Tout d’abord, un peu d’histoire (ne fait jamais de mal) : aux premiĂšres origines de l’AT, on trouve, dĂšs le 18Ăšme siĂšcle, le japonais Munehisa Homma, surnommĂ© le « dieu des marchĂ©s », et considĂ©rĂ© comme le pĂšre de l'analyse en fameux chandeliers. Il a amassĂ© une immense fortune en jouant sur le prix du riz. Il fut Ă©galement consultant financier pour le gouvernement japonais. Plus tard, vers la fin du 19Ăšme, c’est au tour de l’amĂ©ricain Charles Dow d’apporter sa pierre Ă  l’édifice en mettant en place la non moins cĂ©lĂšbre « thĂ©orie de Dow » (Theory of Stock Price Movements) avant de cofonder avec son associĂ© Edward Jones l’illustre indice historique : le Dow Jones.

Par la suite, on pourra, au fil du 20Ăšme siĂšcle, citer les noms de quelques grands crĂ©ateurs d’indicateurs qui ont depuis fait leurs preuves :

  • George Lane (stochastique),
  • Gerald Appel (MACD),
  • Welles Wilder (RSI),
  • Donald Lambert (CCI),
  • John Bollinger (pour les bandes du mĂȘme nom)
  • Steve Nison qui a modernisĂ© la mĂ©thode des chandeliers japonais.

Les vagues d'Elliott

Si tous ces noms font dĂ©sormais partie du PanthĂ©on de l’AT, je voudrai personnellement m’attarder sur celui qui restera mon mentor absolu, et dont je me sens modestement l’un des nombreux hĂ©ritiers : Ă  savoir, Ralph Nelson Elliott (attention, 2L et 2T hein !), l’inventeur de l’incroyable (si si) thĂ©orie des Vagues d’Elliott. ThĂ©orie dont le prĂ©cepte de base se rĂ©sume ainsi : «Tout graphique Ă©volue selon un schĂ©ma de base amenĂ© Ă  se rĂ©pĂ©ter.».

Ralph Nelson Elliott Ă©tait un consultant amĂ©ricain reconnu et expert-comptable durant la fameuse crise de 1929. Une maladie le poussa Ă  prendre sa retraite Ă  l’ñge de 58 ans (sic) et il la dĂ©voua Ă  l’analyse du marchĂ© boursier amĂ©ricain. Il Ă©tudia 75 annĂ©es d’historiques boursiers sous tous les angles et horizons de temps pour sortir le 3Ăšme livre de sa vie : « The Wave Principle ». Il Ă©tablit grĂące Ă  des calculs se basant sur les ratios de Fibonacci et la thĂ©orie des cycles de Charles Dow que les marchĂ©s boursiers ne suivent pas un mouvement alĂ©atoire mais une tendance prĂ©dictible naturelle.

Alors, j’en vois quelques-uns qui sourient, et qui vont me dire que tout ceci n'est que du "bullshit". Si vous en faites partie, je ne blĂąmerai pas mais si c’était vraiment le cas, je n’aurais jamais tenu ma boĂźte depuis 12 ans, vu qu’Elliott est l’une de mes principales matiĂšres premiĂšres. Aussi fou cela puisse paraĂźtre, il existe bien des configurations graphiques, des patterns, des schĂ©mas, des constructions de cours qui rĂ©pondent Ă  une mĂ©thodologie parfois Ă©tonnamment scrupuleuse. Certes, on pourra lĂ©gitimement rapprocher ce phĂ©nomĂšne Ă  l’étude du comportement psychologique des intervenants de marchĂ©, mais justement, cela rend la chose encore plus surprenante et efficace.

Selon le principe des vagues, chaque dĂ©cision de marchĂ© est Ă  la fois le rĂ©sultat d’informations significatives et la source d’une information signifiante. Chaque transaction, bien qu’ayant fait office de consĂ©quence, entre dans la fabrication du marchĂ© et, en fournissant une nouvelle information au marchĂ©, devient Ă  son tour la cause de l’action d’autres intervenants.

🔍
Cette boucle rĂ©troactive est gouvernĂ©e par la nature sociale de l’Homme, et c’est cette nature sociale de l’Homme qui va engendrer un processus de formes. Comme ces formes, ou configurations, se rĂ©pĂštent, elles ont une valeur prĂ©dictive.

Je rappelle ici que toute approche analytique du marchĂ© est en fait un moyen de mettre au maximum les probabilitĂ©s en sa faveur : ainsi, des figures telles que les flags (drapeaux), les triangles, les wedges (biseaux), les head & shoulders (tĂȘte-Ă©paules) ont de solides pourcentages de rĂ©ussite, mĂȘme si rien n’est jamais certain et qu’il ne faut pas oublier que le marchĂ© a toujours raison.

Elliott a établi une approche complÚte, exhaustive, envisageant absolument tous les cas de figure : des plus simples aux plus particuliers. A travers ses décomptes de vagues il utilise à la fois la théorie de Dow, le chartisme en général et les nons moins fameux ratios de Fibonacci.

L'analyse technique d'Elliott Wave, dĂ©veloppĂ©e par Ralph Nelson Elliott dans les annĂ©es 1930, est une approche basĂ©e sur la thĂ©orie des vagues de marchĂ©. Selon Elliott, les prix des actifs financiers Ă©voluent en suivant des schĂ©mas rĂ©currents, qui peuvent ĂȘtre identifiĂ©s et analysĂ©s.

La théorie des vagues d'Elliott postule qu'un marché suit un modÚle en cinq vagues lorsqu'il est en tendance haussiÚre, et un modÚle en trois vagues lorsqu'il est en tendance baissiÚre. Ces cinq vagues sont appelées les vagues d'impulsion, tandis que les trois vagues sont appelées les vagues de correction.

Les vagues d'impulsion, qui se produisent dans la direction de la tendance principale, sont numérotées de 1 à 5. La premiÚre vague (1) est généralement une vague de démarrage, qui survient aprÚs une période de consolidation ou de correction. La deuxiÚme vague (2) est une correction de la vague 1, mais elle ne doit pas aller au-dessous du point de départ de la vague 1.

La vague 3 est généralement la plus longue et la plus puissante. Elle voit une participation accrue des investisseurs. La vague 4 est une correction de la vague 3 et est généralement plus complexe que la vague 2. Elle ne doit pas se déplacer en territoire de la vague 1.

Enfin, la vague 5 est la derniĂšre vague d'impulsion et marque le sommet de la tendance haussiĂšre. AprĂšs la vague 5, une correction majeure se produit, connue sous le nom de vague de correction.

Les vagues de correction sont généralement plus courtes et moins puissantes que les vagues d'impulsion. Elles se composent de trois vagues, numérotées A, B et C. La vague A est une correction de la vague 5, la vague B est une correction de la vague A, et la vague C est la derniÚre vague de la correction et peut parfois atteindre des niveaux inférieurs à ceux de la vague A.

Et franchement, entre nous, se dire que ce bonhomme a rĂ©ussi, il y a prĂšs d’un siĂšcle dĂ©jĂ , Ă  Ă©tablir une discipline aussi efficace et qui a traversĂ© les annĂ©es en dĂ©pit de l’essor technologique exponentiel, vaut une belle ovation avant mon clap de fin.

🐩
Retrouve Marc Dagher sur Twitter @daghertrading

🔍  Le consommateur amĂ©ricain est-il toujours en pleine forme ?

par Valentin Aufrand

La consommation amĂ©ricaine a nettement ralenti depuis le dĂ©but de l’annĂ©e, passant de 7% de hausse sur un an Ă  moins de 2% depuis le mois d’avril selon l’indice PCE (Indice de la Consommation Personnelle). L’indice des ventes au dĂ©tail peint un tableau plus morose avec une croissance Ă  2% ou moins depuis le printemps 2022.

Indice PCE (bleu) et indice des ventes au détail (rouge)

Plusieurs alternatives Ă  ces deux donnĂ©es officielles existent, notamment l'indice Visa Impulse. Cet indice est une alternative intĂ©ressante car il mesure le momentum et pourrait mĂȘme s’avĂ©rer plus fiable que les indices officiels, car il est basĂ© sur des donnĂ©es rĂ©elles tandis que les deux autres indices sont basĂ©s sur des enquĂȘtes (et souvent rĂ©visĂ©es Ă  de multiples reprises par la suite).

L’indice VISA Impulse a augmentĂ© Ă  97,4 en juillet (corrigĂ© des variations saisonniĂšres), soit une hausse de 1,5 point par rapport Ă  juin. NĂ©anmoins, l’indice reste en territoire de contraction (<100) et l'augmentation de l'essence a Ă©tĂ© la principale raison de la hausse de l'indice global plutĂŽt que celle de l'indice des dĂ©penses non discrĂ©tionnaires, qui n'a augmentĂ© que de 0,1 point par rapport Ă  juin, ou de l'indice des dĂ©penses discrĂ©tionnaires, qui a diminuĂ© par rapport Ă  juin pour la premiĂšre fois depuis le mois de mars.

Avec le dĂ©clin de l'Ă©lan des dĂ©penses discrĂ©tionnaires, tous les indices SMI sont maintenant de nouveau en dessous de 100, ce qui signifie qu’une majoritĂ© de consommateurs ont moins dĂ©pensĂ© en juillet de cette annĂ©e qu'ils ne l'ont fait en juillet 2022.

Le recul de l'emploi dans le secteur technologique en juillet et la grÚve des scénaristes et des acteurs ont probablement contribué à la baisse de la dynamique des dépenses sur la cÎte Ouest des Etats-Unis, car la technologie et le divertissement représentent une part importante de l'emploi dans cette région.

Dans le Midwest, le recul de l'emploi dans l'industrie manufacturiÚre de juin à juillet a probablement eu un impact significatif sur la baisse de 0,2 point de la dynamique des dépenses en juillet, compte tenu de la forte concentration de l'emploi dans ce secteur.

GrĂące aux donnĂ©es brutes, il est possible de normaliser l’indice en fonction de sa moyenne et de son Ă©cart-type pour savoir si le momentum des dĂ©penses est supĂ©rieur Ă  la moyenne historique (Ă©conomie qui accĂ©lĂšre) ou infĂ©rieur (Ă©conomie qui dĂ©cĂ©lĂšre voire se contracte). Il est intĂ©ressant de constater que l’indice est infĂ©rieur Ă  sa moyenne historique et est mĂȘme tombĂ© Ă  plusieurs reprises en dessous d’un Ă©cart-type au cours des douze derniers mois, ce qui suggĂšre une importante fragilitĂ© des consommateurs amĂ©ricains (davantage que les indicateurs officiels).

🐩
Retrouve Valentin Aufrand sur Twitter @ValentinAufrand

đŸ“ș Comment trouver, utiliser et gĂ©rer des positions sur Tubos ?

Vous ĂȘtes nombreux Ă  me poser des questions sur le choix des turbos, leur fonctionnement, la gestion du risque et de la position.

Pour y rĂ©pondre, j'ai dĂ©cidĂ© de m'entourer de mes deux partenaires les plus Ă  mĂȘme d'y rĂ©pondre :

  • Gabriel Sicouri, Directeur Produits de Bourse chez Citi
  • Matthias Baccino, Directeur Europe de Trade Republic

VoilĂ  1H30 d'Ă©mission pour faire le tour du sujet.


đŸ“ș Les marchĂ©s en live Ă©pisode 12

✅ Macro, micro, psycho
✅ 51 actions analysĂ©es


Tu souhaites partager cette newsletter Ă  un ami pour qu'il devienne un investisseur averti ?

Il peut rejoindre notre communautĂ© de 27 154 investisseurs en cliquant sur le lien juste ici.‌‌


✍ Partenariats rĂ©munĂ©rĂ©s

📣
Tu souhaites débuter un plan d'investissement programmé sans frais, sur une application simple et intuitive ?
⏩ Ouvre un compte chez Trade Republic.
🎁 Un cadeau de bienvenue est offert en passant via mon lien. 🎁

Tu souhaites trader via les graphiques avec des outils professionnels ?
⏩ Jette un Ɠil sur les offres de ProRealTime.

Tu souhaites un bilan patrimonial complet et gratuit avec un professionnel ?
⏩ RĂ©serve un rendez-vous chez Auguste Patrimoine.

Communication Ă  caractĂšre promotionnel
Tu souhaites utiliser et découvrir les produits de bourse que je traite ?
⏩ Je t'invite Ă  dĂ©couvrir les produits Citi.
Produits Ă  effet de levier prĂ©sentant un risque de perte en capital en cours de vie et Ă  l’échĂ©ance

Nicolas Chéron

Analyste et vulgarisateur boursier


Citi rĂ©munĂšre financiĂšrement Nicolas Cheron pour la mention publicitaire de ses produits, toutefois Citi ne participe Ă  aucun moment Ă  la sĂ©lection d’un produit spĂ©cifique.

Produits Ă  effet de levier prĂ©sentant un risque de perte en capital en cours de vie et Ă  l’échĂ©ance

Les produits CitiFirst sont des produits complexes qui peuvent ĂȘtre difficiles Ă  comprendre. Ils s’adressent uniquement Ă  des investisseurs avertis, professionnels ou non professionnels, disposant de connaissances suffisantes des spĂ©cificitĂ©s de ces produits.

Les facteurs de risques sont notamment :

  • Risque de perte du capital : Les produits CitiFirst peuvent perdre tout ou partie de leur valeur notamment en raison d'une perte de valeur temps des Warrants, de dĂ©sactivation des Turbos ou de franchissement de la Borne Basse des Certificats Bonus CappĂ©s.
  • Risque liĂ© Ă  l’effet de levier : En raison de leur effet de levier Ă  la hausse comme Ă  la baisse, ce qui peut ĂȘtre favorable ou dĂ©favorable Ă  l’investisseur, les produits CitiFirst peuvent connaĂźtre de grandes variations, voire perdre tout ou partie de leur valeur.
  • Risque de marchĂ© : Les produits CitiFirst peuvent connaĂźtre Ă  tout moment d’importantes fluctuations de cours, pouvant aboutir Ă  la perte totale ou partielle du montant investi.
  • Risque de crĂ©dit : L’insolvabilitĂ© de l’émetteur peut entraĂźner la perte totale ou partielle du montant investi.
  • Risque de dĂ©sactivation : La dĂ©sactivation engendre un risque de perte totale et dĂ©finitive du capital investi. Sur les Turbos Infinis et Infinis BEST l’ajustement du prix d'exercice et de la barriĂšre dĂ©sactivante accroit le risque de perte partielle ou totale en capital.
  • Risque de liquiditĂ© : L’absence totale ou partielle de liquiditĂ© peut entrainer une perte totale ou partielle en capital.
  • Risque liĂ© au sous-jacent : Lors de la reconduction du contrat Future Brent, l’ajustement de la barriĂšre de dĂ©sactivation s’accompagne d’un changement de sous-jacent vers le contrat d’échĂ©ance suivante. Les Turbos sur actions US, devises et matiĂšres premiĂšres ont des horaires/jours de dĂ©sactivation spĂ©cifiques figurant sur le site fr.citifirst.com. Sur une pĂ©riode de plusieurs jours, la performance de l'indice Ă  levier des Leverage & Short peut ĂȘtre infĂ©rieure Ă  la performance des composants de l’indice multipliĂ©e par le levier, ce qui peut ne pas ĂȘtre adaptĂ© Ă  un investissement Ă  long terme.

Les investisseurs sont invitĂ©s Ă  prendre connaissance des facteurs de risques Ă©noncĂ©s dans les prospectus de base, disponibles gratuitement sur la page fr.citifirst.com/FR/Documentation-legale/Base-prospectus et dans les conditions dĂ©finitives (« Final Terms ») disponibles gratuitement sur le site fr.citifirst.com dans la rubrique « Documents » de chaque fiche produit, afin d’établir si le produit correspond Ă  leurs besoins et Ă  leurs moyens. Le Prospectus de Base Warrants et le Prospectus de Base Certificats de Citigroup Global Markets Europe AG ont Ă©tĂ© visĂ©s par la BaFin (rĂ©gulateur financier allemand) le 16 novembre 2022 et ont fait l'objet d'un certificat d'approbation par la BaFin Ă  destination de l'AMF, ce qui ne doit pas ĂȘtre considĂ©rĂ© comme un avis favorable.

Document communiquĂ© Ă  l’AMF conformĂ©ment Ă  l’article 212-28 de son RĂšglement GĂ©nĂ©ral.


C’est la partie “Soyons des adultes”. Avertissements sur les risques.

Les partenaires cités sont des partenariats rémunérés.

Les informations, graphiques, chiffres, opinions ou commentaires mis Ă  disposition par Nicolas ChĂ©ron s’adressent Ă  des investisseurs disposant des connaissances et expĂ©riences nĂ©cessaires pour comprendre et apprĂ©cier les informations dĂ©veloppĂ©es. Ces informations sont donnĂ©es Ă  titre informatif et ne reprĂ©sentent en aucun cas une obligation d’investissement ni une offre ou sollicitation d’acquĂ©rir ou de vendre des produits ou services financiers.

L’investisseur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans recours contre Nicolas ChĂ©ron, qui n’est pas responsable en cas d’erreur, d’omission, d’investissement inopportun ou d’évolution du marchĂ© dĂ©favorable aux opĂ©rations rĂ©alisĂ©es.

Le placement en bourse est risqué. Vous pouvez subir des pertes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures, elles ne sont pas constantes dans le temps et ne constituent en aucun cas une garantie future de performance ou de capital. Les références à des classements et récompenses passés ne préjugent pas des classements ou des récompenses à venir.

Les contenus de ces e-mails ne sont pas des conseils juridiques, fiscaux ou en investissement. Les informations dispensées sont de nature éducative et générale et ne sont pas des conseils en investissement, au sens des articles L. 321-1 et D. 321-1 du Code Monétaire et Financier.